Expert des Relations Entreprises / Enseignement Supérieur

Multi-diffusion, sourcing, conseil...15 ans d'expertise à votre service

Franck SAINT-GENEZ : l’intégration des jeunes diplômés chez Delpeyrat

f-saint-genez

Quel volume de jeunes diplômes recrutez-vous chaque année et dans quelles spécialités ?

C’est variable et en fonction de nos besoins.

En moyenne, nous recrutons deux apprentis ingénieurs par an avec potentiellement un CDI à l’issue de l’apprentissage. C’est une voie que nous avons choisi de façon à avoir un peu plus de temps pour observer la personne dans sa fonction (3 ans), qu’après un simple entretien. Nous évaluons ainsi la personne plus que son savoir-faire.

Sur des filières classiques, nous avons systématiquement un à deux stagiaires longs (5 à 6 mois), automatiquement convertis en premier emploi CDD, pouvant lui-même aboutir à un CDI.

Niveau spécialités, les jeunes diplômés entrent surtout sur la partie production et l’animation d’équipes, depuis des postes de chef d’équipe à responsable d’atelier ou responsable de site.

Qu’attendez-vous d’un jeune diplômé (en terme d’expérience, de façon d’être) ?

De l’expérience, pas grand chose… mais surtout du savoir-être, de l’exemplarité et de la fraîcheur. Quelqu’un qui ait un regard neuf, des idées novatrices, non polluées par le poids de l’histoire dans l’entreprise. En sommes, nous attendons un renouvellement.

Comment intégrez-vous ces nouveaux diplômés ?

Avec le stage au préalable, l’intégration est plus facile. Quoiqu’il en soit, notre période d’intégration commence toujours par une découverte de l’entreprise et des postes occupés dans l’entreprise.

A minima, la personne passe du temps sur les postes des personnes qu’elle encadrera plus tard afin d’en connaître une partie des contraintes. Cela signifie donc occuper ces fonctions pendant un certain temps.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à vos pairs pour réussir le recrutement et l’intégration d’un jeune diplômé ?

S’intéresser plus à la personne qu’à son CV.
Pour y parvenir, le CV, je le lis avant. Mais pendant l’entretien, je prends le CV, je le retourne et je m’intéresse à la personne.

Vous êtes Directeur Industriel du Pôle canard gras de Delpeyrat, comment décririez-vous votre poste ?

J’ai sous ma responsabilité 11 sites industriels soit 750 collaborateurs. Aujourd’hui, je dirai que je suis plus un chef d’orchestre qu’un musicien. Au quotidien, il s’agit de faire jouer à tout le monde la même partition. C’est vraiment de l’organisation et du management. Toutes les compétences techniques, ce sont les personnes sur les sites les ont, et je n’ai pas la prétention d’être capable de maîtriser toutes ces compétences techniques. Ce qui importe, c’est vraiment le côté managérial.